fév 6 2012

EXPO « LES PASSAGERS DE LA CASE PONIA» 

Jusqu’au 9 février à la Mairie du 12e, exposition retraçant les dernières heures de la MEEAO (Maison des Etudiants des Etats d’Afrique de l’Ouest).
Cette maison à présent murée, murmures emmurés, depuis octobre 2010…
Propriété de l’Etat qui se garde bien d’informer du devenir de la Meeao…
En tant qu’artistes, simples citoyens, nous avons chois le témoignage poétique comme expression d’une mémoire qui ne peut être murée, escamotée, ignorée, méprisée, pour une maison dont l’avenir nous concerne… avec nos « armes» , pochoirs et poèmes.

lettres pochoir d'un poème d'Aimé Césaire pour la Meeao - paris label - interventions d'artistes Paule Kingleur, Anne Maurange, Esther Yaya, Rémi Bovis, Cyril Bosc...
expo MEEAO à la mairie du 12e "les passagers de la case ponia" - Paris Label


déc 4 2010

DES MOTS à LA MEEAO

Le dimanche 28 novembre, à l’aube, nous avons écrit une volée de mots comme une volée de bois vert, ceux d’Aimé Césaire et Léopold Sédar Senghor en mémoire et en hommage à la MEEAO.(maison des étudiants des états de l’Afrique de l’ouest).
Cette maison qui est devenue la propriété de l’Etat français, est murée et en attente de rénovation (aucune communication sur le calendrier des travaux et l’avenir du lieu)
La M.E.E.A.O se situe au 69 bd de Poniatowski dans le 12e à deux pas de la Porte Dorée et de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration (C.N.H.I actuellement occupée par les travailleurs sans papiers..)
A 11h, nous avions terminé et partagions avec des anciens résidents expulsés, avec le collectif de vigilance Paris 12 / Ldh, avec les voisins, des amis, des passants, un bon café et thé offerts par la Chorba

Deux photographes étaient présents lors de l’événement : Claire Sousbie et Jérome Barbosa
Voici les premières photos de l’action au petit matin © Claire Sousbie.

vue d'ensemble de la meeao murée avec l'écriture des poèmes - bd poniatowski - photo claire sousbie
événement artistique et citoyen à la Meeao : écriture de poèmes de Senghor et Césaire sur les tristes parpaings gris pour ne pas oublier l'histoire de cette maison
Pochoir : ombre des lettres d'un poème de Césaire au petit matin bd poniatowski pour un hommage et appel à la vigilence quant à l'avenir de la Meeao et des anciens résidents
Peinture du poème "A l'appel de la race de Saba" de L.S. Senghor sur les fenêtres murées de la Maison des étudiants des états de l'afrique de l'ouest dans le 12e
Encollage du pochoir poème d'Aimé Césaire qui fut accueilli avec Senghor à la MEEAO, notamment lors des grandes heures et débats sur l'indépendance et la négritude
Remy encollant des photos mémoire du lieu prises par Claire Sousbie et Jérome Barbosa avant l'expulsion - Cyrille inscrivant en frise tous les prénoms des derniers occupants de la MEEAO
Poèmes de Césaire et Senghor sur la Meeao (paris 12e) du côté de la rue claude decaen : ...qui logera nos rêves sous les paupières des étoiles...
Anne et Rémy : peinture pochoir du poème "Avis de tirs" d'Aimé Césaire (recueil les Armes miraculeuses) - événement artistique et citoyen à la Meeao
Cyrille et Paule détachent le pochoir qui a servi à peindre " Poème à mon frère blanc " de Léopold Sédar Senghor :
Poème à mon frère blanc
Des Mots à la Meeao…
La peau des murs transpire et témoigne.
En hommage aux résidents illustres et anonymes qui séjournèrent dans cette maison.
Cette maison qui vit passer les poètes Léopold Sédar Senghor, Aimé Césaire,
les intellectuels Cheick Anta Diop, Alioune Diop… mais aussi des hommes politiques et des musiciens, des étudiants, des familles et des enfants des états d’Afrique de l’Ouest…
Cette maison qui connut les grandes heures et débats des indépendances
et de la négritude…
Cette maison à présent murée, murmures emmurés…

Cette maison dont nous partageons l’histoire, la mémoire collective…
Cette maison qui est notre patrimoine à tous…
Cette maison qui appelle le respect, la vigilance, l’engagement civique…

Nous, artistes, simples citoyens, nous avons choisi le témoignage poétique comme expression d’une mémoire qui ne peut être murée, escamotée, ignorée, méprisée, pour une maison dont l’avenir nous concerne…
Et puis pour ne pas oublier que certains de nos voisins de la Meeao, enfants et petits-enfants des « combattants-tirailleurs sénégalais » se retrouvent en errance, loin de leur travail, déplacés, dans l’anxiété des décisions administratives…

Collectif Paris Label
Photographies « cartographie Meeao » : Jérome Barbosa – Photographies « fête à la Meeao » : Claire Sousbie

"Photo de la plaque historique de la MEEAO récupérée par le collectif vigilance 12 / Ldh car une des 2 plaques avait déjà disparue.."
Pour accompagner les résidents expulsés : joindre le collectif 12 sur leur site